Memento Mori : la vie et la mort dans l'art occidental

 

Pieter Claesz, Still Life with a Skull and a Writing Quill, 1628. Courtesy of the Metropolitan Museum of Art.Pieter Claesz, Nature morte avec un crâne et une plume d'écrivain, 1628. 

 

Nous avons tous entendu l'expression "rien ne dure éternellement" c'est un dicton sur la nature éphémère de la vie, nous rappelant notre mortalité, bien que la plupart des cultures actuelles trouvent dérangeante une discussion sur la mort, cela n'a pas toujours été le cas.

 

 

 

 Crane memento mori par Santa Muerte Paris

 

Panneau extérieur de Jan Gossaet, Diptyque de Carondelet, 1517.


Tout au long de l'histoire, en particulier dans les périodes de conflit, les gens ont été encouragés à réfléchir à la mort et à sa signification. Dans l'Europe médiévale, lorsque les fléaux abondaient, une philosophie particulière s'est imposée, qui demandait aux gens de méditer sur des objets qui leur rappelaient la vie et la mort. Memento mori, qui signifie "souviens-toi que tu vas mourir", peut sembler morbide pour certains, mais c'était une discipline qui était tenue en haute estime.

 

 


Cette pratique demandait aux gens de se détacher de leurs biens et de leurs luxes terrestres. La nature éphémère de ces objets de vanité était juxtaposée à l'immortalité de l'âme et à l'idée que l'énergie devait être mise au service de l'au-delà. Bien sûr, comme beaucoup de philosophies de l'époque, cela s'est traduit par une riche imagerie artistique qui est maintenant monnaie courante.

Adriaen van Utrecht, Nature morte de Vanitas avec fleurs et crâne, 1642.

 

Les memento mori peuvent prendre des formes très diverses, mais un élément y est omniprésent : le crâne, symbole universel de la mort. Dans l’antiquité, on le voyait bien souvent sur les mosaïques qui ornaient les maisons, comme celle, retrouvée dans une demeure de Pompéi, qui le représente aux côtés d’un papillon, emblème de l’âme. L’art chrétien a été tout particulièrement fasciné par les memento mori ; au Moyen-âge, on aimait ainsi les danses macabres, des peintures mêlant morts et vivants, riches et pauvres, qui rappelaient l’inutilité du pouvoir et de l’argent face à la mort. 

Pendant la Renaissance, les memento mori se multiplient avec les transis, ces sculptures qui ornaient les tombes et représentaient les corps des défunts. Le fameux Transi de René de Chalon signé par Ligier-Richier, un squelette décharné tenant son cœur dans une main, est une des œuvres les plus emblématiques de ce mouvement. En peinture, les memento mori célèbrent les valeurs de l’humanisme, et se déclinent sous la forme de portraits qui juxtaposent vie et mort, comme Les Ambassadeurs de Hans Holbein le Jeune et son anamorphose de crâne humain. On peignait aussi des vanités, des natures mortes montrant des crânes posés à côté d’objets lourds de symbolisme, vases, sabliers, bougies, livres, instruments de musique et couronnes de lauriers. Outre-Atlantique, les memento mori ont inspiré les artistes puritains des jeunes Etats-Unis, et ils sont encore bien vivants aujourd’hui dans l’art funéraire mexicain. 

Le symbolisme du Memento Mori
Les artistes ont longtemps été fascinés par cette philosophie stoïque, utilisant les enseignements sombres comme tremplin pour leur art. En fait, l'art du crâne, qui trouve certainement ses origines dans le memento mori, continue d'être une niche esthétique populaire. Les crânes, les squelettes et les crânes ailés ont tous été utilisés comme de puissants rappels que nous quitterons tous cette terre à un moment donné. Les crânes sont en fait le symbole le plus courant dans l'art du memento mori et sont le symbole classique de la mortalité.

Instantanément reconnaissables, ils sont également utilisés bien au-delà de l'Europe occidentale. Au Mexique, le Día de los Muertos, ou "Jour des morts", est l'une des célébrations les plus connues où l'on utilise l'iconographie des crânes pour rendre hommage à ceux qui sont morts. D'un point de vue artistique, Albrecht Dürer, Vincent van Gogh et Pablo Picasso ne sont que quelques-uns des artistes qui utilisent l'imagerie du crâne pour faire des déclarations artistiques importantes.


Vanités en bois sculpté, Allemagne du Sud, XVIIe et XVIIIe siècles.

 

Cependant, les crânes ne sont pas les seuls symboles utilisés pour exprimer le memento mori. Tout au long de l'histoire de l'art occidental, les artistes ont utilisé diverses métaphores pour symboliser la fragilité de la vie. Aux Pays-Bas, en particulier, la peinture de natures mortes a été utilisée pour explorer ces concepts. Tout au long des XVIe et XVIIe siècles, ces peintures ont souvent été appelées vanitas (latin pour "vanité"). Elles utilisaient des symboles comme des fruits pourris, des instruments de musique, des montres, des sabliers et des bulles pour montrer la décomposition et la nature fugace de la vie.


Harmen Steenwijck, Vanité avec crâne, livres et fruits 1630




 

 

 

 

 

 


Article précédent

Language
drapeau francais French